Notre Maire révoqué ! - INÉDIT


Brillant vainqueur avec sa liste des élections municipales d’Avril, élu Maire de Saissac au mois de Mai, le 04 exactement, par son conseil municipal,
il ne se doute certainement pas, à ce moment-là, de ce que va être son mandat.


1 1884 05 04

Pour de basses raisons politico-politiciennes,

Marc Escande,
Maire de Saissac,
est suspendu de ses fonctions le 24 Août,

 

Suspension

et révoqué le 03 Septembre … 1885.
 

Revocation

 

Journal La Fraternité, 11 septembre 1885

M. Escande, maire de Saissac, suspendu de ses fonctions par arrêté préfectoral,
vient d'être révoqué par décret du Président de la République.

Voici le texte du décret qui frappe ce fonctionnaire, réactionnaire et clérical enragé :

« Le Président de la République Française,
sur la proposition du Ministre Secrétaire d'Etat au département de l'Intérieur,
« Vu l'article 86 de la loi du 5 avril 1884.
Décrète
« Article premier. — M. Escande, maire de la commune de Saissac, est révoqué.
« Le ministre de l'Intérieur est chargé de l'exécution du présent arrêté.
« Fait à Mont-sous-Vaudray, le 3 septembre 1885.
Signé Jules GRÉVY.
« Par le Président de la République :
Le ministre de l'Intérieur, « Signé ALLAIN-TARGÉ. »

 

 

Pourquoi ? Comment ? Par qui ?

Les articles de presse sont trop explicites et vindicatifs pour que l’on en extraie un résumé.
Je les transcris donc ici tels que publiés.

Le déroulé des faits :


 

Le courrier de l'Aude, 30 août 1885

Suspension du maire de Saissac.
— La préfecture de l'Aude est tout de même une drôle de maison. Le préfet et son secrétaire général pourraient rendre des points à tous les artistes plus ou moins forains, car, chez eux, c'est de plus en plus fort, absolument comme chez Nicollet.
Bon, vous croyez épuisés leur stock de roublardises, les rusés compères vous exécutent séance tenante un tour nouveau et complètement inédit.
Le 29 juillet dernier, dans la matinée, mourait à Saissac M. Léopold Bonhomme, membre de la commission du Bureau de Bienfaisance.
Vous pensez bien que les collègues de M. Bonhomme avaient autre chose à penser que de désigner son successeur en présence de sa dépouille à peine refroidie.
Or, le 31 juillet, au matin, notre honorable ami M. Escande recevait de la Préfecture cet arrêté de nomination :

« Nous, Préfet  de l'Aude, Chevalier de la Légion d'honneur,
Vu les Ordonnances Royales, du 31 octobre 1821 et 6 juin 1830 ;
Vu les lois du 21 mai 1873 et 5 août 1879 relatives aux commissions administratives des établissements de bienfaisance.
Vu les PROPOSITIONS DE MM. LES MEMBRES DE LA COMMISSION ADMINISTRATIVE,
Arrêtons :
 Article premier. — M. Glories Joseph est nommé membre de la commission administrative de la commune de Saissac en remplacement de Bonhomme Léopold, décédé. 
Art. 2, — M. Glories Joseph sera installé dans  ses fonctions par le maire chargé de la notification et de l'exécution du présent arrêté.
Carcassonne, le 30 juillet 1885.
Pour copie conforme :
Le Secrétaire Général,
VIDAL, signé.

Qui fut surpris? Le maire et la commission administrative qui n'avaient absolument proposé personne. Chez le fameux Nicollet on eut appelé ça un truc ; à la préfecture on s'est contenté de dire « on va leur z'y faire une fumisterie » à la façon des F pointus.
 Après avoir pris l'avis de ses collègues. M. le maire écrivit au préfet :

Saissac, 2 août 1885.
«  Monsieur le Préfet,
J'ai reçu un arrêté, en date  du 30 juillet, nommant M. Glories, membre du bureau de Bienfaisance, en remplacement de M. Bonhomme Léopold, décédé. Que vous ayez usé de votre droit en faisant cette nomination, que votre secrétaire général, signataire du dit arrêté, se soit empressé de faire plaisir au docteur Trilhe qui, M. Bonhomme à peine mort, allait à Carcassonne solliciter cette nomination, je l'admets; mais ce qui m'étonne davantage, c’est que cette nomination ait été faite sur le seul  avis de notre docteur, sans attendre la liste proposée par le maire, et aussi  sans que vous ayez pris des renseignements pour connaître la valeur, la capacité de l'ancien maire de Saissac, ce que vous recommandiez dans votre circulaire du mois de mai 1884. Et ce qu’il y a de plus surprenant encore, c'est de voir que M. Vidal n'a pas le courage de ses actes, c’est qu’il ne craint pas de mettre  sur l'arrêté : « Vu les propositions de MM. Les membres de la commission administrative », alors qu'il sait parfaitement que la majorité désapprouve ce choix.
 Aussi , après avoir communiqué l'acte de  nomination à mes collègues du Bureau de Bienfaisance, nous avons été d'avis d'adresser la protestation suivante :
« Nous, soussignés , membres du bureau de bienfaisance de Saissac, après avoir pris connaissance de l'arrêté en date du 30 juillet, portant nomination du sieur Glories, comme administrateur du dit bureau ;
• Vu l'erreur commise dans l'arrêté et contenue dans ces mots : «  Vu les propositions de MM. les membres de la commission administrative ».
• Ne voulant pas nous rendre responsables d'une telle nomination et voulant en laisser la seule responsabilité à M. le Préfet qui fait les nominations et au docteur Trilhe qui les propose.
Considérons le présent arrêté comme non avenu jusqu’à ce que l’on ait changé les termes sus-visés et prions le Maire de ne tenir aucun compte du présent acte de nomination. »
« Gineste, Bories,  Bosc Paul, et Escande, maire – signés
Après une telle protestation et étant parfaitement de l'avis de mes collègues du bureau de bienfaisance, je viens vous avertir, M. le Préfet que je considère le sus dit arrêté comme non avenu et n’installerai le sieur Glories dans ses fonctions que lorsqu’un nouvel arrêté sera conçu dans des termes qui nous mettront à l’abri de la responsabilité d'une telle nomination.
Veuillez agréer, etc_
ESCANDE, maire de Saissac.

Au reçu de cette lettre, M. Ie Préfet poussa son exclamation habituelle : « Pincés !!! » Et sur le champ il téléphona son alter ego M. Vidal, lequel ne put s'empêcher de reconnaître qu'on les prenait la main dans le sac. Il fallait aviser. Alors d'un commun accord on décida d’en référer au grand cultivateur de carottes, au chevalier Lades-Gout, l'ami de Trilhe et l’adversaire haineux de M. Escande.
Mandé en toute hâte, M. le sénateur arriva, le Préfet le dorlota un bon moment sur son cœur et la conférence commença.
Que se dit-il dans cet entretien mystérieux?
Les sectateurs de Ferry le Tonkinois en ont gardé le secret. Mais M. Lades-Gout qui a pris Ies imperfections du beau sexe sans en retenir les nombreuses qualités annonçait joyeusement à son conseil municipal de Saint-Denis, le 23 août dernier, que M. Escande serait suspendu de ses fonctions de maire de Saissac. Et il ajoutait d'un air convaincu : « C'est que j'ai le bras long, mes enfants, c'est que j'ai le bras long... A la Préfecture, moi, voyez-vous, je fais la pluie et le beau temps ».
Et il rappela qu'il avait déjà fait invalider l'élection de Saissac.
Le surlendemain le préfet de l'Aude et son complice en matière de pression officielle donnait raison à M. Lades en faisant parvenir au maire de Saissac ce gracieux arrêté ;

« Nous, Préfet de l'Aude, Chevalier de la Légion d'honneur.
Considérant que M. Escande, maire de Saissac, s'est refusé catégoriquement et en termes inconvenants à assurer l'exécution d'une décision préfectorale, nommant un membre de la commission administrative du bureau de bienfaisance.
Vu l'article 86, de la loi du 5 avril 1884.
Arrêtons :
 Article 1er. — M. Escande, maire de Saissac, est suspendu de ses fonctions.
Article 2 — M. le Secrétaire général de notre préfecture, est chargé de l'exécution du présent arrêté. Carcassonne, le 24 Août 1885.
Le Préfet de r Aude,
Signé PAYSANT.
Pour ampliation,
Le Secrétaire général,
Signé : Vidal


 Il y a dans cet arrêté une omission regrettable qui ne peut être imputée qu'à M. Vidal.
Pourquoi n’avoir pas fait suivre le « Nous Préfet, Chevalier de la légion d’honneur » de la mention vraie et « Nous, Lades, sénateur, Chevalier du mérite agricole » ?
Nous avions ainsi le Trilho complet… pardon docteur... le trio!
Toute question de parti écartée, on conviendra que le Préfet de l'Aude a montré moins d'empressement à suspendre M. Bézard, maire de Chalabre et M. Rougé, maire de Limoux.
Sans nul doute, ces deux messieurs seraient, encore en possession de l’écharpe si le Ministre de l’Intérieur n’avait rappelé son subordonné au sentiment de la justice."

M. de B

 

La Réponse du maire au Préfet fut cinglante

Ici, dans le Petit Caporal :

11 capture plein ecran 11072021 154551

Ou dans le courrier de l’Aude, le 22 novembre 1885 :

SAISSAC — Les opportunistes après le 4 octobre. Décidément, je commence à croire que le résultat des élections du 4 octobre a fait perdre complètement la tête à nos républicains.
A Paris, c'est M. Lockroy qui, dans un moment de désespoir, s'escrime, mais en vain, à rallier les républicains de toutes nuances; c'est  M. Clémenceau, l'ennemi juré des opportunistes il y a quelques mois à peine, qui marche côte à côte avec les Ferry et les Brisson. En province, ce sont les préfets qui nous donnent des exemples encore plus frappants de cet état de démoralisation dans lequel se trouvent les républicains. Et sous ce rapport, M. Paysant et son compère Vidal ne sont pas des derniers. Voyant le pouvoir leur échapper et voulant le conserver à tout prix, tous les moyens leur semblent bons. C'est dans ce but que, depuis assez longtemps déjà, la Préfecture, transformée en haute cour de justice, a été décrétée machine à suspension.
J'ai été un des premiers qui a eu l'honneur de tomber victime des foudres vengeresses de la Préfecture. Au mois d'août dernier, j’étais suspendu et ensuite révoqué de mes fonctions de maire de Saissac. L’on sait que, en bons républicains, MM. Paysant et Vidal avaient trouvé, dans leur imagination sans doute, un motif de suspension; c'était un mensonge il est vrai, mais peu leur importait. Le fait est que j'étais révoqué pour m'être refusé à installer un membre du bureau de bienfaisance.
A quelque temps de là, l'homme que le suffrage universel de Saissac a chassé de partout, le docteur Trilhe, au mépris de tout droit et de toute justice, installait ce même membre, sans le concours du président, sans aucun titre, dans une réunion privée, et alors qu'ils n'étaient que trois membres présents sur sept. Croyez-vous que cette installation a été annulée? Pas le moins du monde; seulement le citoyen Vidal, pour laisser croire sans doute qu'il restait chez lui quelque esprit de justice, a écrit au maire, toujours par l'intermédiaire de notre docteur, une lettre dans laquelle il déclare que ce membre étant nommé par le préfet n'a pas besoin d'être installé.
Comme je veux bien croire malgré tout à, quelque bonne foi chez notre préfet et chez son secrétaire général, je leurs poserai les deux questions suivantes :
1° Pourquoi ai-je été révoqué de mes fonctions de maire de Saissac pour n'avoir pas voulu installer un membre du bureau, s'il n'était pas besoin d'installation ?
2° Pourquoi, s'il n'était pas besoin d'installation, l'acte de nomination qui me fut adressé le 30 juillet dernier et que j'ai conservé, portait-il : Art.2. — M. Glories sera installé dans ses fonctions par le maire chargé de la notification et de l'exécution du présent arrêté.
Ma révocation et la lettre écrite dernièrement au maire, me paraissant en contradiction flagrante, j'ose espérer que M. Paysant fera preuve de bonne foi et d'esprit de justice en me donnant des explications à ce sujet. Je lui en serai d'autant plus reconnaissant que cela m'évitera de faire connaitre des idées qui seraient peut-être quelque peu désobligeantes pour lui.
Veuillez agréer, etc.
Marc ESCANDE
Maire révoqué


Nous n'ajouterons qu'un mot à la lettre de notre ami M. Escande, une des victimes de la haine préfectorale.
Puisque le sieur Glories, imposé par M. Vidal, n'avait pas besoin d’être installé, pourquoi le citoyen Paysan a-t-il lancé ses foudres contre le maire qui refusait d'installer Glories ?
Allons, Messieurs, un peu de logique, ça vous servira à défaut de pudeur politique.


L’affaire fit ainsi grand bruit dans le landernau audois, d’autres « affaires » ciblant encore la préfecture.

15 capture plein ecran 01112022 182950Courrier de l’Aude 04 Nov 1885


 

De nouvelles élections eurent lieu pour nommer deux nouveaux conseillers (remplacement d’Escande et d’un conseiller décédé entre-temps).

La tension n’était toujours pas retombée.


Le courrier de l'Aude, 30 septembre 1885
161717 bis1819

 

Paul Bosc élu Maire de Saissac, il le restera jusqu’en 1904 !


 

 

 

maire escande

  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.

Ajouter un commentaire

 

Ce blog est la suite récente des
Saissac d'Antan !

Ceux ci sont toujours accessibles sur
http://saissac.e-monsite.com/
ou
http://saissacdantan2.e-monsite.com/

Afin de continuer ce devoir de mémoire,
Saissac d'Antan
recherche tout document papier ou photo
concernant la longue histoire de Saissac
et de ses habitants.

Ceux ci seront scannés et restitués aussitôt !
 

Contact au:
fantin.erick@Bbox.fr

×